poor credit loan refinance
Largest African News
Afriqinter
23rd November,2014 

Centrafrique: nomination du nouveau Premier ministre toujours en attente

La République centrafricaine n’a toujours pas de Premier ministre, alors que samedi 12 janvier l’opposition politique a proposé au président Bozizé le nom de Nicolas Tiangaye. Le chef de l’Etat n’est-il pas en train de gagner du temps en ne promulguant pas le décret de nomination ? « Pas du tout », répond Josué Binoua, le ministre de l’Administration du territoire.

« Le président n’a pas l’intention de retarder l’application de l’accord de Libreville mais il entend le respecter à la lettre », martèle Josué Binoua.

Selon le ministre de l’Administration du territoire du gouvernement dissout, si François Bozizé n’a pas encore signé le décret de nomination du Premier ministre, c’est seulement parce qu’il attend de savoir quelle est la proposition des représentants de la Seleka qui devraient arriver à Bangui ce lundi 14 janvier en provenance de Brazzaville.

« Si la coalition rebelle s’aligne sur le choix de l’opposition politique, alors Nicolas Tiangaye sera nommé à la primature. Mais si une autre proposition intervient, alors le chef de l’Etat tranchera », affirme encore Josué Binoua.

Pour justifier cette position, ce proche du chef de l’Etat se base sur une ambiguïté de l’accord signé à Libreville. Celui-ci prévoit en effet que le chef de l’exécutif sera issu de l’opposition, sans préciser s’il s’agit uniquement des opposants politiques, ou bien si les rebelles auront également leur mot à dire.

Pour l’heure, Michel Djotodia, le chef de la Seleka, ne s’est pas encore publiquement exprimé mais plusieurs sources au sein de la rébellion, dont l’un des porte-parole, le colonel Narkoyo, assurent n’avoir aucune objection sur le nom de Nicolas Tiangaye, proposé samedi soir par l’opposition politique pour occuper la primature.

Nicolas Tiangaye doit aujourd’hui se rendre à Libreville puis à Brazzaville et demain, très vraisemblablement, il devrait revenir à Bangui accompagné de Michel Djotodia qui se trouve actuellement dans la capitale congolaise. « La présidence est en train de faire durer le plaisir inutilement », confie sous couvert d’anonymat un opposant à Bangui.

Dans les faits, le président semble avoir entamé sa partie d’échecs avec ses ennemis politiques. Selon une source diplomatique, au sein des rebelles, des voix commencent à se faire entendre pour critiquer l’accord signé sous l’égide de la communauté des Etats d’Afrique centrale.

Selon des observateurs sur place, le pouvoir espère également profiter des divisions entre ses ennemis qu’ils soient politiques ou rebelles. En effet, d’après plusieurs sources, l’accord de Libreville a déjà commencé à susciter des dissensions au sein de la coalition de la Seleka.

Comments are closed.

Afriqinter Radio

Afriqinter
Live from Washington DC
Listen Live

Afriqinter TV